2001: Transduction

Collaboration with Dorion Berg, featured in : Livret d’exposition Skol 2001-2002

13 octobre – 10 novembre, 2001

Description du projet

Comment convertir visuellement le son ? Comment le rendre matière ? Comment le faire lumière ?

Transduction est la seconde tentative du duo Berg et Roos pour répondre à ces questions de traduction. L’installation présente un ensemble de huit sculptures identiques qui combinent, chacune dans son réceptacle cylindrique, des morceaux trafiqués d’appareils électroniques domestiques désuets, des peaux de tambours et de l’eau. Nourrie de différents signaux sonores par une boîte à rythme, chaque structure les diffuse d’abord grâce à un haut-parleur placé à son sommet, ce qui nous permet d’entendre les sons, mais elle les fait également circuler physiquement, l’impulsion faisant vibrer le tambour et produisant toutes sortes de motifs à la surface du plan d’eau. Simultanément, le signal sonore initial est envoyé directement à un vieux moniteur d’ordinateur, ce qui produit, selon l’intensité et la fréquence du son, un large éventail de clignotements lumineux. Superposés les uns aux autres, les transducteurs que sont le moniteur, le tambour baigné d’eau et le haut-parleur renforcent et parasitent à la fois leur travail de traduction respectif, produisant des effets visuels surprenants et nous plongeant dans une sorte de concert électro-acoustique alliant rythmes primitifs et technologies en décomposition dans lequel chacun des effets sonores et lumineux se trouve produit par d’étranges corps vibrants nous entourant.

Installed at Eastern Edge Gallery, Newfoundland, and Skol, Montréal

In this installation, a group of eight identical sculptures combine cannibalized pieces of outdated household electronics with drumskins & water. The sculptures act as bodies into which are fed electronic sound signals which they then transduce in different ways. There are three main points of transduction: One, sound signal being fed directly into old monochrome computer monitors, which produce different flashing patterns depending on sound intensity and frequency. Two, sound signal being fed into speakers at the apex of the sculptures, producing audible sound. Three, sound vibration traveling from the speakers along wire attached to a clear plastic drumskin filled with water, causing patterns of vibration on the surface of the water. The drumskins of water sit directly above the strobing monitor so that, when viewed from above, patterns on the monitor are modulated by patterns in the water. The rhythms, drumskins and water suggest some of our oldest fascinations with sound; while the gutted monitors, amplifiers and speakers-relics of the 70’s & 80’s-are re-fused into these strange new vibrating bodies.


 
An album was released with the installation, and can be listened to or purchased here: